• Publicité
Index du forum Stratégies Stratégies Marketing Internet Marketing par Email limites entre emailing et spam

limites entre emailing et spam

Emailing transactionel, autoréponses, newsletters, spams, comment bien exploiter l'email dans votre arsenal marketing


maxime Avatar de l’utilisateur
Pilier

Messages: 12320

Je parle d’une sélection manuelle à partir de sites potentiellement interressés par une offre et dans le cadre d’une campagne orientée vers les professionnels !

Ma question est: pourquoi faire une sélection manuelle alors que des outils peuvent le faire ?
Preuve à l’appui, les taux de retour avec ce type de méthode prouvent qu’une sélection manuelle d’émails pour une campagne non sollicitée a un taux de retour digne de ce nom.

Le mot clef est "non sollicitée". Le sujet initial de la discussion était: quelle est la limite entre du spam et de l'emailing ? Je pense que dès que l'on parle de "non sollicité" on parle de spam.
Maintenant beaucoup de gens préfèrent se réfugier derrière des chiffres et affirmer sans même vérifier que l’émail sollicité envoyé en masse a plus de retour : ça n’est pas forcément vrai !

Le taux de retour dépend principalement du ciblage et un peu du moyen d'obtention de la liste.
De plus pour répondre au précédent message j’ai fait remarqué que le message était
professionnel car la politique d’émail vers les particuliers et les entreprises n’est pas du tout la même !

Ma question reste la même: quelle est la différence ? Pourquoi aurait-on le droit de spammer les sociétés et pas les particuliers ?

Donc pour résumer:

  • Comment définissez-vous le spam ?
  • Une adresse affichée publiquement sous-entend-elle qu'elle est ouverte aux messages publicitaires ?
  • Est-il intéressant de sélectionner manuellement les destinataires de messages quand un robot peut le faire ?
  • Y-a-t-il une différence entre spammer un particulier et spammer une société ?

Cordialement,

Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)
cgm Avatar de l’utilisateur
Cadet

Messages: 26

Pour qu'on soit d'accord, ce message est un point de vue personnel et non forcément la vérité en la matière :

- Le spamm comme on le définit ne peut s'appliquer qu'aux particuliers car depuis toujours les entreprises reçoivent quantité de propositions non sollicités et ceux bien avant l'apparition de l'émail; je pense même que s'il fallait attendre que chaque message soit sollicité, les affaires ne seraient pas aussi simples !( ex : pourquoi ne qualifirait-on pas de spamm un coup de téléphone à un dirigeant sous prétexte qu'il ne l'a pas sollicité?)

- Oui,une adresse publique professionnelle
sur internet est suceptible d'être sollicitée, au même titre qu'une adresse postale !

- L'interet de sélectionner manuellement des adresses est toujours cet éternel taux de retour

- Oui, spammer un particulier est inutile et intrusif et doit absolument être bannit !

cordialement,
cgm

Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)

Messages: 2

Bonjour,
Tout à fait d'accord, ces pratiques polluent les boites aux lettres, et le systeme en general.

D'ou l'interet grandissant du message personnalise, emanant d'une inscription opt-in a une liste, et presentant un contenu directement lie aux interets du lecteur.
Mais c'est un metier, et cela ne se limite pas l'acquisition d'un aspirateur a emails....

Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)

Messages: 2

Bonjour,

Voici ci-dessous un édito d'un de nos experts qui je pense répondra à nos interrogations.

Laurence Falguier
[email protected]

BOSS CONSEIL PLUS
http://www.bossconseil.com [url][/url][url][/url]

L'utilisation du message électronique via l'Internet pour des opérations de marketing - l'e-mail marketing - fait, à l'heure actuelle, l'objet d'un spectaculaire développement. Cette nouvelle forme du marketing direct a, en effet, dès à présent pris une place de choix à côté de moyens plus "traditionnels" tels que le mailing par fax, les campagnes téléphoniques, etc.

Le spécialiste américain de la prospective Forrester Research estime qu'aux Etats-Unis, le marché de l'e-mail marketing, qui représentait un chiffre d'affaires de … seulement 164 millions d'US$ en 1999, devrait avoisiner les 5 milliards d'US$ en 2004. Dans une autre étude, il est fait état d'un chiffre de 7,3 milliards d'US$ pour 2005. Si l'on considère que, dans ses pratiques de la net-économie, l'Europe Occidentale suit les mêmes évolutions que les Etats-Unis, avec simplement un décalage dans le temps de l'ordre de 12 à 18 mois, on mesure l'ampleur du mouvement qui est en train de s'amorcer en Europe, et singulièrement en France.

Face à une évolution d'une telle importance, il convient en premier lieu de s'interroger sur les raisons de cet engouement, mais il faut également se demander si un développement aussi foudroyant n'est pas susceptible de générer des "nuisances" qui se retourneraient contre le nouvel outil. En bref, l'e-mail marketing ne risque-t-il pas d'être victime de son succès ?

De fait, le risque n'est pas nul, et cette arme redoutable ne doit pas être utilisée dans n'importe quelles conditions, ni pour atteindre indistinctement n'importe quel objectif.


Les avantages de l'e-mail marketing

Les avantages de l'e-mail marketing (et de l'e-mailing) sont directement liés à ceux de l'internet lui-même

coût très compétitif, en raison notamment des économies réalisées sur les frais de composition, d'impression, d'envoi ou de communications téléphoniques: on estime, par exemple, que le coût d'une campagne d'e-mailing est de 5 à 10 fois inférieur à celui d'une campagne par voie postale.
simplicité d'utilisation : avec l'e-mail, le formalisme est réduit à sa plus simple expression.
rapidité et réactivité optimales: l'analyse des résultats peut être effectuée presqu'en temps réel, alors qu'il faut attendre plusieurs semaines, voire plusieurs mois, après l'achèvement de la campagne lorsqu'il s'agit d'un media "classique".
efficacité : non seulement la performance de l'e-mail se révèle bien supérieure à celle des media traditionnels, mais sur le net lui-même, elle dépasse largement celle de la bannière; le "taux de clics", qui constitue l'un des indicateurs de mesure de performance les plus utilisés, peut, sous certaines conditions, être jusqu'à quinze fois supérieur à celui d'une bannière publicitaire.
La combinaison de ces différents facteurs conduit ainsi à un rapport "performances/prix" particulièrement attractif et explique que les entreprises américaines consacrent dès maintenant plus de 5% de leur budget de marketing à l'e-mail.


Les limites de l'e-mail marketing

Mais alors, pourquoi ne pas utiliser dans tous les cas cette nouvelle "arme absolue" que semble constituer l'e-mail marketing ?

Il faut, en réponse, formuler plusieurs restrictions, et deux points, en particulier, méritent d'être mis en évidence :

l'e-mail marketing est un bon outil de conquête, mais c'est encore davantage un outil de fidélisation. Les spécialistes s'accordent pour considérer que, dans certains cas, les entreprises peuvent avoir intérêt à utiliser d'autres moyens "hors internet" pour établir le premier contact (lettre personnalisée, phoning, chaîne de magasins…) en vue de conquérir le client. Pour développer, en revanche, une stratégie de fidélisation, l'e-mail se révèle comme un instrument d'une efficacité incomparable.
les performances de l'e-mail marketing sont liées dans une large mesure aux caractéristiques-mêmes du fichier utilisé. Il s'agit, comme on va le voir ci-après, de l'un des aspects les plus délicats et les plus controversés de l'e-mail marketing. En effet, les qualités du fichier d'adresses dépendent, d'une part, de la façon dont les informations auront été recueillies pour constituer le fichier (problème de la collecte des données), d'autre part, de la manière dont a été établi le contact avec l'internaute (problème du mode d'utilisation du fichier d'adresses). Seule, l'observation des règles strictes dans le cadre d'un code de bonne conduite permet d'atteindre les performances élevées dont il est fait état.



Les dérives possibles: le spamming
Or la modicité des coûts et la relative simplicité du fonctionnement incitent inévitablement de nombreuses entreprises à profiter de l'explosion de l'internet pour véritablement "inonder" le réseau des réseaux, pratiquant ainsi ce que l'on appelle couramment le spamming. L'internaute, s'il est "branché" depuis plusieurs années, ne peut qu'observer avec inquiétude l'augmentation constante du nombre d'e-mails non sollicités qu'il reçoit chaque jour dans sa boîte aux lettres. Et cette inquiétude est d'autant plus justifiée que les projections à moyen terme se caractérisent par une dérive impressionnante.

Pour s'en convaincre, il suffit de reprendre ici deux extraits d'une récente étude (janvier 2001) de la Commission des Communautés Européennes consacrée précisément aux "messages électroniques non-sollicités et à la protection des données" :

Certains moteurs ont atteint un tel degré de puissance qu'ils sont en mesure de diffuser 100 millions d'e-mails par jour !
Si les entreprises spécialisées dans l'e-mailing utilisaient ces moteurs pour faire de la diffusion en masse d'e-mails (donc du spamming), 20 milliards d'e-mails commerciaux seraint véhiculés chaque jour sur le net, chaque internaute recevrait qutotidiennement 60 e-mails non sollicités et le montant des seuls frais de connexion entraînés par leur téléchargement serait de 10 milliards d'euros par an !



Le permission marketing
Face à de tels risques, les professionnels du secteur se sont organisés et ont commencé à prendre différentes mesures visant, d'une part, à protéger l'internaute, d'autre part, à prévenir un formidable engorgement des "autoroutes" qui serait préjudiciable à tous.

Toutes ces mesures reposent sur l'idée simple que, pour conquérir, puis fidéliser un client, il est essentiel de créer un climat de confiance, et que la meilleure façon d'y parvenir ne consiste pas, sans doute, à l'agresser quotidiennement par l'envoi d'e-mails non-sollicités.

Avant d'adresser à un internaute un e-mail commercial, il faut donc solliciter son autorisation: c'est le permission marketing ou marketing autorisé. Mais ce principe simple peut s'appliquer de différentes manières, et à différents niveaux.

Le premier niveau est l'opt-out : l'internaute s'inscrit sur une liste d'opposition qui est portée à la connaissance des sociétés spécialisées dans l'e-mailing. En s'inscrivant sur une liste de ce genre, l'internaute manifeste son désir de ne pas recevoir d'e-mails non-sollicités. Différentes listes par pays ( ou "registres d'opt-out" ) existent déjà, à l'heure actuelle. L'une des principales est la liste "E-Robinson" fonctionnant sous l'égide de la Fevad (Fédération des entreprises de vente à distance).

Le second niveau est l'opt-in. Il est clair que, pour plusieurs raisons, l'opt-out ne peut assurer qu'une protection limitée de l'internaute. La formule de l'opt-in - qui est la plus en vogue actuellement aux Etats-Unis où l'on considère que c'est la seule qui permette de faire du véritable permission marketing - va donc plus loin. Elle consiste, en effet, à n'envoyer des e-mails commerciaux qu'aux internautes ayant exprimé clairement le souhait de recevoir des messages ciblés correspondant à leurs pôles d'intérêt.

Ces distinctions n'ont pas qu'une valeur purement "académique", car les performances peuvent varier dans des proportions très importantes selon que l'on applique ou non telle ou telle règle. On considère, à l'heure actuelle, que le taux de réponse est de 1% dans le cas d'une bannière publicitaire, de 2% dans celui d'un e-mailing "direct" et de 18% pour un e-mailing effectué en opt-in !

Les enjeux sont donc considérables, à la mesure de la croissance exponentielle de ce marché.


La nécessité d'un cadre réglementaire au niveau européen

Compte-tenu de ce qui précède, on pourrait penser que la formule de l'opt-in a fait l'unanimité. Et pourtant, la réalité est moins simple, car si l'on s'accorde sur la finalité - créer un climat de confiance - les positions des professionnels sont quelque peu divergentes sur les moyens. Se pose en effet le délicat problème de la collecte initiale des données: constituer un fichier d'adresses dans le strict respect des règles de l'opt-in implique la mise en oeuvre de moyens puissants, et donc coûteux, consistant par exemple à diffuser auprès d'un grand nombre de sites à fort trafic des formulaires d'opt-in que l'on proposera aux internautes de renvoyer après les avoir convenablement remplis.

Si les Etats-Unis semblent avoir choisi la voie de l'opt-in (et même … du double opt-in, consistant à renvoyer un accusé de réception du formulaire), les pays de la Communauté européenne marquent entre eux quelques différences.

Plusieurs directives européennes (notamment la directive de juin 2000 sur le commerce électronique et la directive de juillet 2000 sur "le traitement des données à caractère personnel et la protection de la vie privée dans le secteur des communications électroniques" ) traitent dans le détail de ces questions, tout en laissant une certaine marge d'appréciation. Or de nombreux professionnels, en Europe, jugent la formule de l'opt-in trop contraignante et ont tendance à préférer la mise en place de registres d'opt-out. Il faut cependant noter que cinq pays (l'Allemagne, l'Autriche, le Danemark, la Finlande et l'Italie) ont d'ores et déjà choisi la formule du consentement préalable, donc de l'opt-in.

En tout état de cause, il est hautement souhaitable que les pays européens se mettent d'accord sur une ligne de conduite commune qui permettra de concilier l'exigence de protection de l'internaute et la liberté de communiquer, de prospecter et de conquérir de nouveaux clients.



Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)
Message 24 Aoû 2001, 13:53
charly Avatar de l’utilisateur
Junior

Messages: 1
Pour situer le fait je suis actuellement en stage dans une société qui vient de mettre en ligne un site de commerce électronique.

J'ai reçu dernièrement par erreur un email d'un webmaster qui réalisait un test pour une newsletter. Son test reprennait plus de 200 adresses email de professionnels et privés (je pense).

J'en ai fait part à mon boss qui s'est empressé de me demander une copie afin d'ajouter ces noms pour sa prochaîne newsletter. A-t-on à faire à du Spam ou ses adresses sont-elles publiques? Dois-je lui demander de ne pas les indiquer dans sa base de données?

Merci par avance pour vos nombreuses réponses

Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)
Message 24 Aoû 2001, 17:26
maxime Avatar de l’utilisateur
Pilier

Messages: 12320

Bonjour,

J'ai reçu dernièrement par erreur un email d'un webmaster qui réalisait un test pour une newsletter. Son test reprennait plus de 200 adresses email de professionnels et privés (je pense).

J'en ai fait part à mon boss qui s'est empressé de me demander une copie afin d'ajouter ces noms pour sa prochaîne newsletter. A-t-on à faire à du Spam ou ses adresses sont-elles publiques? Dois-je lui demander de ne pas les indiquer dans sa base de données?


1- Envoyer des emails a des personnes qui ne vous ont rien demande et ne vous connaissent pas est du spam.

2- Reprendre les emails provenant d'une autre liste est du vol.

3- Ajouter a une liste tout email qui passe a sa portee est immoral.

4- Les resultats que vous aurez suite aux pratiques ci-dessus sont connus: perte de confiance et de credibilite aupres de vos clients, enervement de tous ceux qui ne voulaient pas etre ajoutes, quelques messages d'insultes et probablement plusieurs plaintes aupres de votre hebergeur de liste.

Cordialement,

Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)
maxime Avatar de l’utilisateur
Pilier

Messages: 12320

:) Bonjour. En effet, tout le probleme est résumé dans vos propos. Quelle est la limite entre l'Emailling (de masse ou ciblé) et le Spam. La définition courante du "Spam" est : "De recevoir des emails non sollicités". Mais déjà on s'aperçoit que la définition meme du spam est floue. Exemple : mon hébergeur m'envoi un email pour me signaler qu'il va y avoir une coupure ce matin pour maintenance. JE ne le considère pas comme du spam car cet email m'averti d'un fait qui me concerne directement MAIS je ne l'ai pas sollicité. Donc au sens littéral de la définition du mot, c'est du spam.. Autre exemple, je reçois un email d'un site Web que je ne connais pas et qui me prend pour cible dans sa campagne d'Emailling. Ce site m'annonce l'ouverture de sont service de vente de chaussettes raccomodés en solde (pour l'exemple, et pour ne vexer personne, autant prendre un exemple farfelu..). Bon quelle va etre ma (vos) réaction(s)? Au sens littéral, c'est du spam aussi. Mais en plus, je ne le connais et par dessus le marché son produit ne m'interresse pas du tout.. Je pense que c'est la qu'il faut etre "humain" et avant de s'enerver et de cliquer rageusement sur "Répondre à l'auteur" se dire : deriere ce message il y une personne ou une societe qui croit en son produit (aussi absurde que cela puisse nous paraitre), qui a travaillé sans doute dur pour penser son message et pour récolter les emails ou qui a payé pour cela. Et puis c'est de bonne guerre. Ne faisons nous tous pas pareil? Et si nous ne le faisons pas, c'est que nous n'en avons pas besoin ( et c'est tant mieux pour nous) mais pensons aux autres.. En fait le spam est surtout une d'apréciation émotive. Alors si nous recevons un message, et meme si cela nous irrite, mettons simplement le message à la poubelle et puis c'est tout.. Par contre, et cela existe, il y ceux qui vont insister. Et parfois lourdement. 1 message voire plusieur messages par jour! Pour moi, c'est cela le spam : quand on a signalé que leur message ne nous interressait pas et au lieu de nous retirer de leur liste, ils continu. C'est un peut comme le fax. Une anecdocte et apres j'arrete : nous recevions 3 fois par jour de la publicité pour une grande marque d'ordinateur par fax. En bas de la page il y avait inscrit le texte habituel : si vous ne voulez plus recevoir, bla bla bla.. Meme apres avoir suivi les instructions 3 fois, toujours aucun changement alors que le numero pour se faire sortir était à 8,92 la minute... Un peu enervé, et ayant trouvé un autre numero de fax de cette société, j'ai créé un fichier Word de 106 pages qui avait sur chaque page une lettre du texte suivant(1 lettre/page) : conformément à la loi machin, je ne desire plus bla bla bla.. Et je leur ai faxé. Le spam-fax à céssé immédiatement. Et par email j'ai eu les mêmes problemes. Que j'ai réglé de la meme façon mais par email. En conclusion, le spam est surtout, et de part et d'autre, une question de responsabilité et de respect mutuel.. La ou commence la liberté des uns... bla bla bla. :)

Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)
maxime Avatar de l’utilisateur
Pilier

Messages: 12320

Bonjour à tous

Effectivement le spam est un sujet d'actualité mais il l'est depuis l'invention de la publicité, sur les murs de Pompei des dessins publicitaires étaient fait sur les murs (les passants etaient spammés), ensuite on a diffusé des affiches (à chaque panneau vu on est spammé), puis les prospectus dans les boites aux lettres réelles (spammés car non sollicités) et c'est là que je veux en venir. Que ceux qui ont insultés les entreprises qui envoient ces prospectus lèvent le doigt. Puis Internet est venu chez nous avec notre belle boite aux lettres virtuelle et là dés que pour vivre on envoie des messages informatifs (donc prospectus virtuels)on reçoit des insultes même des fichiers contenant des virus. Effectivement Internet a ouvert l'ère du nouveau commerce qui à mon avis est irréel qui est maintenant je vends gratuit et je paye avec ... euh on oublie que ceux qui construisent leur site ont passés des heures à programmer, des nuits blanches, des heures de recherche et d'apprentissage. Mais pour beaucoup c'est une autre histoire car ils oublient que pour beaucoup c'est une chance pour pouvoir sortir de la galère, d'éviter de travailler pour connaitre sporadiquement le chomage et j'en passe. Il ne faut pas oublier non plus qu'un prospectus virtuel se jette aussi facilement qu'un prospectus réel les deux poubelles sont aussi prés des boites de réception et puis si la poubelle réelle est loin un simple clic suffit pour jeter celui envoyé virtuellement.

Moi je suis pour les messages publicitaires car le net est tellement vaste que j'apprends l'existence de site trés interressant grace à ces messages. Pour ceux qui ne m'interresse pas et qui reviennent j'ai programmé ma boite pour que le tri soit automatique. Avec l'informatique il faut penser futé et la vie est de suite plus belle et si on reste calme cela fait des stress en moins.

Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)
maxime Avatar de l’utilisateur
Pilier

Messages: 12320

Bonjour,

Je pense qu'il y a plusieurs grandes différences entre le spam sur Internet et les couriers non sollicités reçus par La Poste:

1- la quantité. Je reçois personnellement 10 à 15 spams par jour, alors que ma boite physique n'en comporte qu'un.

2- l'identification de l'émetteur. Sur un courier papier je sais de façon certaine qui est l'expéditeur, c'est loin d'être le cas avec tous ces spams émis par "[email protected]"

3- le coût. Dans le cas du papier, la personne qui reçoit le mesage ne paie rien, ce qui n'est pas le cas dans le cas des emails: frais de connection, etc..

Cordialement,

Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)
maxime Avatar de l’utilisateur
Pilier

Messages: 12320

Bonjour,

Je pense qu'il y a plusieurs grandes différences entre le spam sur Internet et les couriers non sollicités reçus par La Poste:

1- la quantité. Je reçois personnellement 10 à 15 spams par jour, alors que ma boite physique n'en comporte qu'un.
Réponse : La quantité dépend des secteurs visés dans notre quartier nous recevons environ 10 pub papier /jour vous êtes donc un privilégié :) , le truc plus tordu c'est que les pub papiers sont étudiés pour la consommation et une bonne pub papier nous oblige presque à acheter ce qui n'est pas le cas des courriers électronique en txt. Là je ne le considère comme étant juste une information.
2- l'identification de l'émetteur. Sur un courier papier je sais de façon certaine qui est l'expéditeur, c'est loin d'être le cas avec tous ces spams émis par "[email protected]"
Réponse : sur le net il existe des moyens d'arrêter le spam les hébergeurs voient d'un mauvais oeil les vrais spammeurs et souvent ferme l'hébergement alors dans les cas [email protected] on peut intervenir alors que la boite aux lettres restent tout de même en libre distribution malgré les papiers qui refuse la pub. Mais cela reste toujours à l'appréciation de chacun puisque le jugement des Hommes comporte plusieurs degrés. Dans le cas du spam(publicitaire) moi je suis d'accord alors que d'autres crient au scandale.
3- le coût. Dans le cas du papier, la personne qui reçoit le mesage ne paie rien, ce qui n'est pas le cas dans le cas des emails: frais de connection, etc..
C'est vrai au niveau du chèquier mais si on prend le cout d'un salaire (que les petits patrons oublient souvent de comptabiliser) on prend une équation simple . Imaginons une récupération manuelle de 50 mails à l'heure, cout arrondi de 80 FF toutes charges comprises d'une heure de travail. Donc pour une récupération de 1000 mails il faut travailler 20 heures (prises souvent sur le temps libre) donc 20 x 80 = 1600 FF donc le cout meme non répercuté reste tout de même élevé.

Comme je respecte le travail des petites entreprises je considère que c'est quand même un cout important pour eux, car il est pas toujours facile de travailler sans rémunération pour espérer que l'avenir soit plus rose. Et si il y a des retours je ne doute pas que ces personnes arrêtent de faire ce genre de pub car là elles seront confronté à un cas de conscience beaucoup plus grave que si je spamme je suis mauvais c'est si je fais trop de pub j'embauche.


Pas encore membre ? ;-)
Venez vous enrichir et partager avec les autres ! Vous profiterez d'un forum avec beaucoup moins de pubs ;-)
PrécédenteSuivante

Retourner vers Marketing par Email

cron